Danmarks Breve

BREV TIL: Gebhard Léon Moltke-Hvitfeldt FRA: Christian Albrecht Bluhme (1865-09-30)

Udenrigsminister Bluhme til Grev Moltke-Hvitfeldt, Gesandt i
Paris
.
Copenhague, 30 septembre 1865.

Monsieur le Comte.

Je n’ai pas besoin de vous expliquer pourquoi il nous est impossible de prendre une initiative quelconque relativement au sort de nos compatriotes dans le Slesvig. Mais une pensée nous console, c’est qu’il s’agit dans cette question des droits imprescriptibles d’une population qui ne veut pas être séparée du pays, auquel elle est attachée par tous les liens du sang et par l’énergie des sympathies, et qui réclame qu’on ne dispose pas d’elle sans son propre consentement. Or les principes de la nationalité et de la volonté populaire ne se laisseront pas écarter et ils finiront par se faire écouter dans les conseils de l’Europe.

Parmi toutes les puissances c’est l’Empire qui, fort de son origine, a les plus grands moyens, comme il a la plus énergique volonté, de faire respecter ces principes partout, où les événemens rendent nécessaire un changement dans les conditions des états. Aussi II n’a pas cessé d’élever sa voix en faveur du désir des habitans danois du Slesvig d’être s. 53 rendus à leur patrie. Je vous prie M. le Comte d’exprimer à M. Drouyn de Lhuys, combien nous savons apprécier ses efforts incessans pour ce noble but, et vous lui assurerez que le gouvt. imp. gagnera des titres ineffaçables à notre reconnaissance, s’il réussit à nous faire restituer ce qui appartient au Danem. en vertu de tous les droits les plus sacrés.

Koncept med P. Vedels Haand til Depeche Nr. 19.