Danmarks Breve

BREV TIL: Christian Emil Krag-Juel-Vind Frijs FRA: Gebhard Léon Moltke-Hvitfeldt (1866-08-17)

Grev Moltke-Hvitfeldt, Gesandt i Paris, til Udenrigsminister Grev Frijs.
Paris, 17. août 1866.

Monsieur le Comte,

J’ai vu hier M. Drouyn de Lhuys et lui ai fait part de la communication qui m’était parvenue de Vienne touchant les efforts que ferait le gouvernement prussien pour obtenir la concession, dans l’instrument définitif de paix, du passage de l’article III des préliminaires, relatif à l’application du suffrage universel dans le Slesvig du Nord. — M. le Ministre des Affaires étrangères me dit qu’il avait également été informé par M. le duc de Gramont que le cabinet de Berlin agirait dans ce sens, et qu’il avait déjà adressé à cet ambassadeur ainsi qu’à M. Benedetti, qui avait quitté Paris la veille pour retourner à son poste, des instructions leur enjoignant de chercher à maintenir les stipulations de l’article

III des préliminaires. »Les engagements n’ont plus de nos jours une grande valeur«, — ajouta Monsieur Drouyn de Lhuys — »toutefois il me semble impossible que la Prusse, quelque peu compte qu’elle tienne des autres puissances, veuille en définitive rompre un engagement qu’elle a pris vis-à-vis de l’Empereur et de l’Europe toute entière.«

Ayant eu l’occasion de dire à M. Drouyn de Lhuys que d’après des informations très sérieuses qui m’étaient parvenues s. 273 de Copenhague, le résultat d’une votation dans le Slesvig avec une ligne de démarcation tirée au midi de Flensbourg vers l’est, ne saurait être douteux, le Ministre me répondit que le Consul de France à Kiel lui avait écrit dans le même sens, et qu’il ne serait pas étonnant que la connaissance et la crainte de voir un tel résultat se produire, au cas où l’on consulterait les populations, eût poussé le cabinet de Berlin aux démarches qu’il vient de faire aux fins de modifier les termes de l’article III des préliminaires.

L. Moltke-Hvitfeldt.

Modtaget 23. August 1866.