Danmarks Breve

BREV TIL: George Joachim Quaade FRA: Christian Emil Krag-Juel-Vind Frijs (1867-05-11)

Udenrigsminister Grev Frijs til Kammerherre Quaade, Gesandt i
Berlin
.
Copenhague, 11 mai 1867.

Monsieur.

Dans une entrevue que j’ai eue avec le Ministre de Prusse le 7 courant, monsieur de Heydebrand s’est expliqué à peu près dans ces termes:

Le gouvernement danois connaît l’engagement que la Prusse a pris par la paix de Prague au sujet des districts danois du Slesvig du Nord. Une telle rétrocession doit pourtant rester subordonnée à deux conditions, 1) les habitans allemands qui habitent ces districts, seront sauvegardés par s. 438 des garanties suffisantes, 2) le Danemark se chargera, en proportion du nombre des habitans des districts cédés, d’une quotepart des obligations pécuniaires qui pèsent sur les duchés. A l’égard de ces deux conditions le gouvernement prussien se réfère au discours prononcé par M. de Bismarck le 18 mars et demande, si le gouvernement danois est disposé à se concerter avec le gouvernement prussien sur ces deux points et s’il est prêt à entrer en négociations à ce sujet.

Après avoir soumis cette communication importante au Roi, j’ai l’honneur de vous informer des ordres de Sa Majesté.

Le gouvernement du Roi a reçu avec reconnaissance la communication qui vient de lui être faite et il est tout disposé à entrer en négociations relativement à la rétrocession des districts danois du Slesvig prévue dans l’art. V du traité de Prague. Pour ce qui est des conditions, dont le gouvernement prussien croit devoir faire dépendre cette restitution, Son Excellence M. le comte de Bismarck trouvera sans doute naturel que nous désirions les voir précisées et formulées plus en détail qu’elles ne le sont dans le discours précité, pour que nous puissions en parfaite connaissance de cause juger, s’il nous est possible de les accepter, notamment celle qui se trouve indiquée sous Nr. 1. Dès que nous aurons reçu les éclaircissements nécessaires à ce sujet ainsi que sur l’étendue que le gouvernement prussien compte donner à la rétrocession de territoire, le gouvernement danois s’empressera d’activer les négociations avec toute la sollicitude que mérite une affaire qui lui tient si fort à coeur.

Veuillez, Monsieur, demander une entrevue à S. E. M. le comte de Bismarck et vous expliquer envers lui dans le sens indiqué.

Koncept med P. Vedels Haand.