Danmarks Breve

BREV TIL: George Joachim Quaade FRA: Artur Pavlovitj Morengejm (1868-04-10)

Vedlæg ved Kammerherre Quaades Depeche10. April 1868. Optegnelse af Baron Mohrenheim om Samtale med Direktør P. Vedel.
Extrait:
12 mars 1868.

»Tous les engagements que nous contracterions, me dit M. de Vedel, offriraient des inconvénients réels et sérieux; mais ils pourraient trouver une compensation plus ou moins équivalente dans un tracé de frontières qui, par celà même qu’il écarterait davantage les causes de mésintelligence qui s’opposent aux rapports de bon voisinage, faciliterait, dans une même mesure, l’aplanissement des contestations auxquelles pourraient donner lieu par la suite l’interprétation et l’application des garanties. Si je puis m’exprimer ainsi, les barrières morales s’abaisseraient en proportion de l’extension des limites matérielles. Pour nous, l’idée de l’intégrité territoriale coïncide avec celle de l’intégrité nationale. Nous ne souhaitons pas un pouce de terrain allemand, et ce n’est pas du partage de notre ancien territoire, mais de celui de notre nationalité présente que nous nous croyons fondés à nous plaindre. Plus nous recouvrerions complètement notre intégrité nationale, et plus serait ample le développement que nous serions par là mis à même d’accorder à ce qui resterait d’éléments d’une nationalité étrangère disséminés dans nos confins. Voilà pourquoi la question territoriale doit primer à nos yeux celle des garanties, dont elle aggrave ou atténue les inconvénients. C’est ce que l’on s’obstine à ne pas vouloir comprendre à Berlin, en n’y procédant qu’en sens inverse. Tandis que l’on y formule en termes péremptoires les exigences que vous savez, c’est à peine si l’on laisse entrevoir ce que l’on entend nous vendre si cher. Or, c’est même moins que ce que l’on nous avait autorisé à espérer l’automne dernier. Alors il semblait être question des baillages de Hadersleben et d’Apenrade; aujourd’hui, ce n’est plus que d’une ligne qui s’étendrait entre s. 40 ces deux villes pour aboutir, à l’est, à la baie de Gjenner, et à l’ouest probablement à un point du littoral situé au nord de l’île de Röm. Ainsi, d’une part, on ne se fait pas faute d’aller, en fait de garanties, au delà du maximum imaginable, et, de l’autre, en fait de cession, on reste en deçà du minimum sousentendu. Voilà dans quels termes le gouvt. prussien pose aujourd’hui la question.«

Paategning: Vedlægges UJ. 3938 j. (ɔ: Quaades Rapport af 10. April 1868).