Danmarks Breve

BREV TIL: Artur Pavlovitj Morengejm FRA: Christian Emil Krag-Juel-Vind Frijs (1868-05-17)

Udenrigsminister Grev Frijs til Baron Mohrenheim, russisk Gesandt i
København
.
Copenhague, 17 mai 1868.

Monsieur le Baron.

Dans l’audience que vous avez eue avant-hier auprès du Roi, Sa Majesté s’est fait un plaisir, je le sais, de vous exprimer toute la satisfaction et la reconnaissance que Lui ont inspirées vos efforts pour rendre service à Sa couronne, et Sa Majesté vous a dit, combien Elle était pénétrée de gratitude envers l’Empereur, votre auguste souverain, pour les amicales et sympathiques pensées qui L’ont déterminé à vouloir donner son puissant appui personnel au Roi auprès du monarque avec lequel Sa Majesté espère en arriver à un accord juste et définitif sur le sort des populations danoises du Slesvig. Vous savez que Sa Majesté n’attendait que votre retour à Copenhague pour écrire à Sa Majesté l’Empereur une lettre où Elle expliquerait sa manière d’envisager la question de la rétrocession et la nature de l’intercession directe qu’Elle désire obtenir de votre auguste souverain.

Je viens de recevoir cette missive des mains du Roi et j’ai l’honneur de vous la transmettre sous ce pli. Vous connaissez le désir que cette démarche d’un caractère si intime et si délicat soit entourée de la plus grande discrétion, et vous approuverez sans doute mon intention d’y initier le moins de personnes que possible et par conséquent de ne pas me servir de l’intermédiaire du ministre du Roi à St. Petersbourg pour faire parvenir cette lettre à sa haute destination.

Permettez-moi donc, Monsieur le Baron, d’avoir recours à votre obligeance pour que cette lettre de mon auguste souverain soit mise entre les mains de l’Empereur Alexandre. Si vous voulez bien à cet effet vous servir des bons offices du nouveau secrétaire de la légation du Roi à St. Petersbourg, le comte Joachim Knuth qui doit se mettre en route s. 128 en droiture ce soir, je le mets à votre disposition pour être portear de votre paquet à S. E. le prince Gortchacow et il sera heureux de se charger en outre de telle autre commission que vous voudriez lui donner.

J’éprouve le besoin, Monsieur le Baron, de vous témoigner dans cette occasion mes sentiments personnels de reconnaissance pour les excellents services que vous voulez nous rendre dans cette occasion.

Koncept, med Rettelser af P. Vedel.