Danmarks Breve

BREV TIL: Johan Georg Frans Schwartz FRA: Julius Henrik Lange (1880)

TIL MALEREN FRANTS SCHWARTZ 1 .
[Kbhvn., 1880.].

Monsieur!

Ce soir j’ai reçu de la part de votre très illustre correspondante à Rheims, Mme veuve Cliquot, une lettre étonnante, qui m’a jetté sur mon dos en- m’apprenant la regrettable nouvelle que la dite veuve qui fait l’honneur de l’Europe buvante est devenue folle — à force, sans doute, d’avoir bu elle-même tout son dépot des plus délicieux vins de Champagne. Il sera donc nécessaire de mettre les affaires de cette grande et déplorable femme sous une administration qui se composera de MOI et de vous. Je vous autorise de partir immédiatement à Rheims pour rechercher dans les caves Cliquot s’il reste encore quelques bouteilles. Mais, monsieur, prenez garde! n’y tombez pas! Il faut les porter tout-à-fait vierges à Danemark dans mon hôtel, où elles seront objet d’un examen attentif de ma part.

Agréez, monsieur, un nez long avec lequel je reste — et je resterai toujours

pas du tout votre très humble et très obéissant serviteur
J. L.
(expert de vins et de tableaux, de statues etc.).
A Monseigneur

Le maréchal de Danse

Jean — George — François — Noir,

Prince de Mont-Soir, Duc de »Svœrtegade 2 «,

Archiduc de »Gammelmønt«, Comte d’« Aabenraa», etc. etc.